Le système légion

Editions Esprit du Livre, Paris, 2008, 191 pages. Préface du général Louis Pichot de Champfleury (Commandement de la Légion étrangère, COMLE 2006-2009). Postface du général Robert Rideau (Président de la Fédération des Sociétés d’Anciens de la Légion étrangère, FSALE 2001-2013).

Quelles que soient leur religion, leur origine ethnique et leur langue, les recrues de la Légion étrangère transcendent leurs différences pour s’unir sous une même bannière : l’identité légionnaire. Des jeunes de tous pays, victimes des bouleversements géostratégiques de la guerre froide et de l’après-guerre froide, s’engagent volontairement dans la Légion étrangère pour y servir, parfois pendant de longues années, avec «honneur et fidélité». À l’heure de la formation d’armées multiethniques ou multiconfessionnelles dans les Balkans, en Afghanistan ou en Irak, la Légion étrangère incarne une vision unitaire particulière des forces armées. Dans cette institution, l’identité légionnaire prévaut sur les identités et sur les allégeances passées des individus. On est bien loin du cliché qui imprègne toujours l’inconscient collectif, du légionnaire criminel endurci ou ancien combattant des régimes totalitaires, qui s’engagent à la Légion pour faire peau neuve. Aujourd’hui, réfugiés du monde communiste et postcommuniste, rescapés des guerres récentes des Balkans et du Caucase, et laissés-pour-compte de l’implantation de l’économie de marché en Europe de l’Est tentent leur chance. Un sur huit seulement sera retenu…Cette étude à la fois sociologique et géopolitique, élaborée à partir de dizaines de témoignages recueillis par l’auteur au sein de régiments de la Légion étrangère en métropole et outre-mer (Guyane), analyse le processus d’intégration des jeunes étrangers au sein de cette troupe mythique qui, près de deux cents ans après sa création, n’a pas d’équivalent dans le monde. Une troupe d’élite pour un modèle d’intégration…

Laisser un commentaire